Blankenberge, Belgique «Nous utilisons les Glutton® depuis 17 ans, dans tous les coins et recoins. »

M. ROETS

Elio ROETS - Chef adjoint du service de la gestion de l’espace et des équipements publics – Blankenberge, Belgique

Carte d’identité :

QUELQUES CHIFFRES

  • Ville côtière touristique
  • 40-50 agents pour la propreté
  • Gare côtière importante : 5.000 voyageurs/jour
  • Nombreux commerces, cafés, restaurants et tea-rooms
  • 20.000 habitants permanents, 100.000 en haute saison

5 Glutton® en service 7/7 jours, 365 jours/an

L'interview

Quelques mots à propos de votre département ?

BODI est l’abréviation de « Beheer Openbaar Domein en Installaties » (gestion de l’espace et des équipements publics). Son nom est explicite : nous gérons l’espace public.

Au total, le service compte 100 collaborateurs regroupant le personnel technique et administratif. Le service propreté mobilise entre 40 et 50 agents. Chaque jour, 7 jours sur 7, tous les jours de l’année, nous utilisons les balayeuses et les aspirateurs de déchets urbains Glutton®.

Quelles sont les spécificités de votre ville ?

Blankenberge est bien évidemment une ville très touristique. La ville compte 20.000 résidents permanents. L’été, la population passe à 80.000 voire à 100.000 habitants, notamment avec les résidences secondaires, les touristes et les hôtels, etc. Blankenberge est également une ville très densément peuplée. Les gens n’habitent loin les uns des autres à l’exception de la zone des polders.

Dans une ville touristique, il y a toujours beaucoup de monde, comme vous avez pu vous en rendre compte dans le centre-ville. En matière de propreté, on ne peut pas comparer une ville touristique à une ville normale, où l’afflux de visiteurs se concentre lors d’événements spécifiques. Chez nous, la ville doit être propre 365 jours par an. Pendant le week-end et les périodes touristiques, notamment pendant les vacances de Pâques comme c’est le cas actuellement, on assiste à un pic de fréquentation, surtout pendant les weekends et lorsque le beau temps est de la partie. Le nombre de touristes à la journée augmente alors de manière spectaculaire ainsi que le nombre de déchets.

Aujourd’hui, quel est votre défi et votre objectif ?

Le plus grand défi consiste à réussir à mener à bien notre mission 365 jours par an. Il faut toujours être prêt, il faut toujours que la ville soit propre. Il a des périodes plus chargées et des moments où il faut pouvoir mettre davantage de personnel et de matériel à disposition. Cependant, il faut aussi pouvoir disposer de suffisamment de personnel et motiver ce personnel.

Auparavant, certains membres du personnel travaillaient à mi-temps. Aujourd’hui, nous fonctionnons différemment. Tout le personnel est engagé de manière permanente. Nous avons toutefois conclu au départ un accord qui prévoit que les congés doivent être pris pendant les périodes plus calmes, en dehors des périodes touristiques. Cependant, rien n’est jamais définitif et certains collègues prennent parfois des jours de congé en période estivale. Ceux qui ont des enfants scolarisés peuvent bien entendu prendre des jours de congé pendant les vacances scolaires. Nous essayons donc de faire au mieux avec des effectifs parfois réduits, et les agents savent aussi que nous avons besoin d’eux. Cependant, cela représente un défi important sur le plan de l’organisation : nous devons parfois utiliser d’autres méthodes pour pouvoir travailler d’une manière aussi efficace qu’avec le Glutton®.

Parlez-nous un peu de l’utilisation du Glutton® à Blankenberge.

Nous utilisons principalement le Glutton® pour nettoyer les rues, les coins et les recoins. Le Glutton® ne permet pas de tout faire mais c’est une machine très pratique pour nettoyer notamment les espaces entre les bancs et sous les bancs.

Nous utilisons les Glutton® tous les jours. Les Glutton® commencent leur tournée à 8h. Première étape : le centre-ville. A cette heure matinale, il y a déjà du monde dans les rues, mais cela se passe bien jusque 10h. Vers 11h, il commence à y avoir plus de monde. L’après-midi, nous nous occupons donc des zones plus périphériques, qui sont beaucoup moins fréquentées.

Quand avez-vous découvert le Glutton® ?

Je pense que ça doit être aux alentours de l’an 2000. Les tout premiers modèles Glutton® étaient équipés d’un moteur à essence bien entendu. Ce sont deux des premières machines produites par Glutton®. Nous en étions très contents, c’est pourquoi nous avons continué à les utiliser. Par la suite, nous avons probablement remplacé les anciens modèles par des modèles électriques. Actuellement, nous avons cinq Glutton® en service, dont un seul équipé d’un moteur à essence. Il fonctionne toujours, mais nous ne l’utilisons plus.

À ce propos, que dire de votre première machine électrique ?

Nous avons opté pour des modèles électriques, car ils présentent une série d’avantages par rapport aux modèles à essence. En effet, nous avons constaté que les équipes qui travaillaient avec un modèle électrique étaient plus efficaces, notamment parce que le moteur d’aspiration est plus puissant.

Je viens juste de parler avec un agent. Celui-ci m’a également confié : « Avant, lorsque j’utilisais un Glutton® thermique, cela faisait beaucoup de bruit. » Il y a aussi bien sûr les gaz d’échappement : un moteur à essence, on le sent et on l’entend. Maintenant, lorsqu’on circule avec les nouveaux Glutton® électriques, les gens les remarquent à peine. C’est un point très positif.

En ce qui concerne le design, les anciens modèles étaient équipés de plus petites roues. Ils étaient moins stables que les nouveaux modèles équipés de roues plus grandes. Nous avons suivi l’évolution de la gamme. Au départ, les modèles étaient équipés d’une buse en PVC ; aujourd’hui, ils sont équipés d’une buse en carbone. Chaque fois qu’une nouveauté est mise sur le marché, nous en faisons l’acquisition. Nous utilisons les Glutton® depuis 17 ans et nous en avons toujours été satisfaits.

D’après vous, le Glutton® est-il une bonne solution pour les utilisateurs et pour les habitants de la ville ?

Nos élus, des PME et des personnes rencontrées dans la rue nous ont fait part de leur avis.
Ils étaient unanimes : la version avec moteur électrique constitue un réel progrès. Ces commentaires ont été recueillis principalement pendant la période où nous utilisions deux Glutton® avec une motorisation électrique et trois Glutton® équipés d’un moteur à essence. Pendant toute une période, nous avons même utilisé jusqu’à sept machines. Les opérateurs et les habitants préféraient les modèles électriques.

Pour l’opérateur, il est également plus agréable de travailler avec une machine moins bruyante. Les modèles à essence étaient de bonnes machines également, mais les moteurs s’usaient et devaient être régulièrement entretenus. Pour entretenir la machine, il faut la retirer temporairement du service. Les modèles électriques coûtent également beaucoup moins chers en maintenance. Nous sommes très heureux de ce passage au modèle électrique.